1 livre pour favoriser une meilleure estime de soi

1 livre pour favoriser une meilleure estime de soi

Comment travailler son estime de soi ? Elle est nourrie par le sentiment d’être aimé et par le sentiment d’être compétent. L’objectif est de prendre confiance en changeant son rapport à soi-même, aux autres et en passant à l’action.

D’autres livres :

L’Estime de soi : s’aimer pour mieux vivre avec les autres

Christophe André, François Lelord

Définition de l’estime de soi :

“Regard-jugement que l’on porte sur soi. Il est vital à notre équilibre psychologique. Lorsqu’il est positif, il permet d’agir efficacement, de se sentir bien dans sa peau, de faire face aux difficultés de l’existence.

Voir le livre sur Amazon

Mais quand il est négatif, il engendre nombre de souffrances et de désagréments qui viennent perturber notre quotidien.

L’estime de soi repose sur trois ingrédients :

  • L’amour de soi : s’aimer avec bienveillance, on s’aime malgré ses défauts et ses limites, il permet de se reconstruire après un échec. Il ne dépend pas de nos performances, mais surtout de l’amour que nous avons reçu durant notre enfance. Les carences dans l’amour de soi sont les plus difficiles à guérir, il y a souvent eu un déficit d’encouragements de la part des parents, des difficultés à l’école …
  • La vision de soi : l’évaluation, la conviction de nos qualités et de nos défauts. Être sûr de ses capacités permet de réussir. Inversement, si on a un jugement négatif sur soi, on a du mal à faire aboutir nos projets ;
  • la confiance en soi : elle s’applique surtout aux actes. C’est lorsque l’on se sent efficace dans un travail ou lorsqu’on se sent apprécier dans une relation. Elle entraîne des petits succès nécessaires à l’estime de soi. Durant l’enfance, il est important d’encourager les enfants à accepter l’échec. C’est normal d’avoir des “non” avant d’obtenir un “oui”… Les échecs ne sont pas catastrophiques, il ne faut donc pas avoir peu de l’inconnu.

L’estime de soi, être aimé et le sentiment d’être compétent :

  • les personnes qui ne se mettent pas en valeur ne se dévalorisent pas toujours comme les personnes déprimées, mais elles se qualifient avec des qualificatifs neutres. Elles ont une mauvaise connaissance d’elles-mêmes et craignent le jugement des autres ;
  • la crainte du jugement des autres n’est pas toujours un handicap, mais ça l’est surtout pour atteindre ses objectifs. Plus on s’estime, mieux on agit. Et plus on agit, plus on s’estime. Les personnes qui ont une mauvaise estime de soi ont du mal à prendre des décisions et remettent au lendemain ce qu’ils pourraient faire le jour même ;
  • les personnes qui ont un manque d’estime de soi hésitent, elles tiennent beaucoup compte des critiques de leur entourage. Elles sont plus prudentes et plus réfléchis, ce qui entraîne souvent un effondrement et un problème de persévérance. Elles renoncent vite en cas de difficultés, elles restent donc sur des échecs. Pour éviter les échecs, elles vont prendre le moins de risques possibles en agissant le moins possible … Elles réagissent émotionnellement avec une tendance persistante à la déprime. En cas de succès, elles ont aussi des difficultés à savourer les bons moments.
  • Lorsqu’on est sûr de soi, on est plus persévérant, même en dépit des critiques et des échecs, on enchaîne donc plus de succès. Avec la réussite on est fier de soi, cela augmente l’amour-propre.

Les maladies de l’estime de soi :

  • la dépression, l’ego excessif du maniaco-dépressif, les complexes, l’alcoolisme, le traumatisme (les agressions physiques et verbales) ;
  • L’estime de soi est beaucoup plus sensible au rejet social qu’à l’acceptation. Elle gagne un point quand je reçois un compliment, mais elle en perd dix si je me fais critiquer.” La crainte du rejet social nous pousse au conformisme, à faire comme tout le monde dans un groupe ;
  • les mécanismes de défense : l’évitement, le retrait, rester groupés, le succès par procuration, la rêverie, dénigrer le juge, la consommation, transgresser, la comparaison, etc.

Comment travailler son estime de soi ?

On peut augmenter son estime de soi à l’âge adulte, bien que les bases soient construites durant la jeunesse.

3 domaines principaux :

se connaître en prenant conscience de ses capacités et limites :

  • tout ce qui est public (connu de vous et de votre entourage) améliore l’estime de soi. Pour en connaître davantage sur soi, il est nécessaire de demander aux personnes de notre entourage ce qu’elles pensent de nous. En effet, les autres savent de nous certaines choses sans que l’on en soit conscient ! Il faut alors accepter les critiques ;
  • autre solution :  on peut révéler aux autres ce qu’on connaît de soi, mais qu’eux ignorent. On y parvient en exprimant ses pensées et ses émotions ;
  • découvrir ce qui n’est connu ni de soi-même ni des autres : on y parvient en se mettant dans des situations inhabituelles, en faisant de nouvelles expériences. Par exemple, on s’aperçoit qu’on peut devenir un leader en acceptant de nouvelles responsabilités ;
  • se poser des questions : ce que l’on aime ou pas, les domaines où on a plus de connaissances que les autres, nos réussites et échecs, défauts et qualités …

Il faut assumer tous nos défauts, être honnête avec soi-même sans les minimiser. Il n’y a pas de honte à avoir !

Changer son rapport à l’action :

il est important de comprendre que c’est normal de ne pas avoir de gros succès tous les jours. Mais la vie quotidienne offre tout de même de nombreuses petites activités : bricolage ,ménage, rangement, humour sur soi-même, sports, etc. De petits objectifs modestes, une fois atteints permettent de renforcer notre estime de soi et de ne pas ruminer sans rien faire. Par ailleurs petit à petit, on peut ensuite se mettre à des activités plus exigeantes et devenir un expert dans un domaine. Non seulement cela développe nos compétences personnelle, mais favorise également la reconnaissance sociale.

Pour changer, l’action est donc indispensable ! Il faut donc prendre le risque d’échouer. Accepter l’idée de l’échec : “c’est un morceau de la victoire”. Il ne faut pas voir les choses en noir ou en blanc et ne pas oublier tout le monde échoue, même les meilleurs. Personne n’est ridicule lors d’un échec.

Certaines occasions : une rencontre sentimentale ou amicale, l’insertion dans un groupe, l’accès à une nouvelle profession peuvent renforcer la confiance en soi.

Certaines personnes sont des modèles pour nous. Nous développons notre savoir-faire, notre estime de soi en les imitant et en les fréquentant.

Faire taire le critique intérieur :

il faut prendre conscience de l’existence de la critique intérieure. L’astuce est alors se poser les bonnes questions : “cette pensée, est-elle réaliste ? Est-ce qu’elle m’aide à me sentir mieux ? Est-ce qu’elle m’aidera à mieux faire face la prochaine fois ?”. La solution est de rester équilibré en se dégageant de l’emprise d’un idéal excessif.

S’affirmer, l’empathie, s’appuyer sur le soutien social, etc.

Les stratégies de changement :

  • transformer vos plaintes en objectifs ;
  • choisissez des objectifs adaptés ;
  • procédez par étapes pour retrouver l’estime de soi ;
  • Quand aller en thérapie ? Faut-il consulter une psychologue ?

 

Avis sur le livre : les auteurs expliquent sans jugement tous les mécanismes de l’estime de soi en amour, dans la famille, le couple, le travail, à l’école, etc. Ils démontrent à quel point elle a une importance durable dans notre vie. Ils relativisent aussi la faible estime de soi ; ce n’est pas toujours un défaut ! Comme la haute estime de soi n’est pas toujours une qualité.

Enfin, ils nous donnent toutes les actions pour développer sa confiance en soi.

Le livre comprend un test pour évaluer notre propre estime de soi et des exercices pour aider les parents à dialoguer avec leurs enfants.

Acheter le livre sur Amazon

 

Comment être plus confiant ?

Laisser un commentaire