Conseils pour arroser sans gaspiller l’eau au potager ? 2 livres

Conseils pour arroser sans gaspiller l’eau au potager ? 2 livres

2 livre de conseils : comment arroser ? La récupération de l’eau, choisir ses plantes, l’arrosage économe, les méthodes de cultures.

Comment avoir un arrosage efficace pour le jardin ? Que ce soit par l’arrosage automatique, l’arrosage goutte à goutte ou avec ce très bel arrosoir en zinc ce n’est pas facile de faire un choix pour économiser l’eau. Ces 2 livres vous guideront pour choisir.

D’autres livres sur :

Ebook d’un maraîcher bio : mon Potager au Naturel

 

Arroser sans gaspiller

Michel Beauvais – Livre de 72 pages

Les plantes à choisir pour moins arroser :

  • comment les plantes puisent-elles de l’eau ? L’eau pénètre dans les poils absorbants des racines par un phénomène de succion, lié à ce qu’on appelle le “potentiel hydrique”.

Voir sur Amazon

  • Les réactions des plantes au manque d’eau et à l’évapotranspiration est variable ; les plantes croissent en fonction de la chaleur, de l’humidité atmosphérique et de la circulation de l’air.
  • L’auteur nous fournit une sélection de plantes résistantes à la sècheresse parmi les arbres, les conifères, arbustes et vivaces. Mieux vaut planter des espèces régionales bien adaptées aux conditions locales, c’est-à-dire au sol et au climat. Même les plantes peu exigeantes ont besoin d’être arrosées lorsqu’elles s’installent. Les besoins en eau importants des légumes au potager et les légumes les plus sobres, etc.

Le sol et l’arrosage :

les caractéristiques du sol selon s’il est sableux, argileux ou calcaire. Le meilleur service à rendre à un sol consiste à lui apporter de l’humus. Le compost et la paille permettent une meilleure pénétration de l’eau et de l’air dans le sol.

La récupération d’eau de pluie, d’eau de rivières, mares ou sources :

  • les qualités de l’eau et la réglementation pour une eau de pluie, de surface ou souterraine ;
  • un bac sous la gouttière, un réservoir d’eau maçonné ou un collecteur moderne (la cuve, le récupérateur). Mettre en place une cuve enterrée.

Comment avoir un arrosage économe et performant ?

  • Les règles d’or pour arroser avec parcimonie ;
  • l’arrosoir un outil performant pour les arrosages ponctuels : précis, il permet d’économiser l’eau, beaucoup plus qu’un tuyau d’arrosage (lorsqu’on tient un tuyau, on est naturellement tenté d’apporter plus d’eau que nécessaire) ;
  • le tuyau d’arrosage : les couches, l’armature, diamètres et longueurs. Entretien et précautions : si votre tuyau fait des boucles et des vrilles, remettez-le en forme sans tarder, afin d’éviter qu’il ne prenne un mauvais pli. Ne le laissez pas au soleil pour éviter un vieillissement accéléré du PVC. Les raccords, les pistolets et les lances ;
  • l’arroseur souple : un tuyau percé de petits trous. Avantages : un système pratique, léger, facile à utiliser et relativement pas cher à l’achat. Inconvénients : il entraîne un gaspillage non négligeable, par évaporation et par dispersion due au vent. En outre, en mouillant le feuillage des plantes, il favorise les maladies cryptogamiques. Il n’est donc guère indiqué pour un potager ;
  • le goutte à goutte : pratique, facile à mettre en œuvre, très économique par rapport à un arroseur sur un tuyau, il ne mouille pas le feuillage ;
  • l’arrosage automatique : pourquoi automatiser l’arrosage ? Quand on a un grand jardin, l’automatisation de l’arrosage est parfaitement justifiée, mais la pelouse n’est pas vraiment recommandé si l’on souhaite économiser l’eau. Avec ce système, l’inconvénient, c’est l’arrosage indistinct des plantes qui ont des exigences différentes. Ce livre fournit des informations sur la structure de l’arrosage automatique : les électrovannes, le programmateur, les dispositifs d’arrosage (enterrés, goutte à goutte ou micro-aspersion). Les limites de l’automatisation ….
  • L’irrigation en rigole ;
  • etc.

Méthodes de cultures adaptées, les erreurs à ne pas faire :

  • des méthodes de culture soigneusement pensées permettent de réduire l’arrosage de plus de 50 % ;
  • éviter de laisser le sol à nu. Utiliser le paillage : ses nombreux bienfaits, paille, tonte de gazon, copeaux de bois, sciure, compost, les films de paillage ;
  • le BRF (bois raméal fragmenté) ;
  • biner, butter, habiller et protéger ;
  • puis la cuvette d’arrosage ;
  • et enfin l’ombre.

1 index alphabétique à la fin du livre.

Avis : c’est un petit livre, mais il est très pratique pour utiliser intelligemment vos ressources en eau  ; il sera utile pour prendre de bonnes décisions. C’est un guide pour obtenir un arrosage efficace tout en économisant l’eau. Des photos ou des croquis à chaque page.

Acheter sur Amazon

 

Construire une piscine naturelle Aménager un étang de baignade paysagé

 

Arroser moins et mieux – Bien choisir

Isabelle Calmets – Livre de 64 pages

L’objectif de l’arrosage raisonné : apprendre à économiser l’eau.

Comment arroser correctement ?

Comment avoir un arrosage adapté à votre terre ?

Voir sur Amazon

  • Si vous regardez votre sol en surface, même à quelques centimètres de profondeur, vous ne serez pas complètement renseigné sur la teneur en eau. Le sol peut être sec en surface, mais contenir de l’eau à 30 ou 40 cm de profondeur, où les racines se situent et puisent. Surveillez vos plantes : lorsque les feuilles flétrissent, c’est qu’elle manque d’eau ;
  • la fréquence : si vous avez un sol lourd, il vaut mieux arroser une ou deux fois par semaine puisque votre sol retient l’eau. Si vous avez un sol léger (sol très sablonneux), il est préférable d’arroser moins, mais plus souvent ;
  • le moment de la journée ;
  • choisir ses plantes : seules celles qui en ont besoin reçoivent une quantité d’eau adaptée. Un tableau(4 pages) nous donne des informations sur les plantes peu gourmandes en eau.

Comment retenir l’eau ?

Il est possible de conserver au maximum l’humidité du sol nécessaire aux plantes et ainsi, de réduire la fréquence et le volume des arrosages.

Les différentes solutions :

  • améliorer la structure du sol : il est important de connaître la nature de sol et donc sa capacité à retenir l’eau. Isabelle Calmets nous fournit quelques fleurs sauvages des jardins pour nous aider à identifier la nature de notre sol. Puis elle nous donne des conseils pour amender notre sol ;
  • comment conserver l’eau du sol ? Le paillage limite le nombre et la durée des arrosages. En effet, il empêche l’évaporation de l’eau et le dessèchement, il limite le tassement du sol dû à la pluie et à l’arrosage mécanique, ainsi que la pousse des mauvaises herbes. L’auteure énumère les différents types de paillage et leurs avantages et inconvénients ;
  • en travaillant la terre : il faut travailler sa terre, car un sol tassé perd plus rapidement son eau qu’un sol meuble. En aérant la terre, on améliore la capillarité.

La récupération de l’eau de pluie :

les citernes extérieures ou enterrées, les bassins, rivières, étang, mare ou source.

L’emploi des bons matériels : arrosage mécanique automatisé ou pas

  • les bouteilles d’eau, le principe de l’oya : le système classique de la bouteille d’eau, dont le fond a été découpé, renversée et fichée dans la terre, reste très utile, notamment pour les pots et les jardinières pendant les absences, ainsi que pour les légumes très gourmands en eau (tomates et courgettes) ;
  • les tuyaux percés : plat micro-perforé, microporeux, micro-suintant ;
  • les arroseurs : les goutteurs, les micro-asperseurs, les tourniquets, etc.
  • L’automatisation : les avantages et inconvénients ;
  • l’arrosage manuel avec l’arrosoir ou le tuyau

Avis : livre utile pour un arrosage efficace et économe.

Acheter sur Amazon

 

Ebook Créez votre jardin nourricier

Laisser un commentaire