Comment créer et gérer son étang de pêche ?

Comment créer et gérer son étang de pêche ?

3 livres de conseils pour faire un étang de pêche privé. Comment choisir l’endroit ? Comment commencer les travaux ? La construction, l’aménagement des berges et l’entretien. Pourquoi, quand, combien de temps vidanger votre plan d’eau ?

D’autres livres en lien avec cet article :

Ebook Construire une piscine naturelle Aménager un étang de baignade paysagé

 

Créer et gérer son étang de pêche ?

Bernard Breton, ingénieur en agriculture, spécialiste dans la pisciculture. Il s’occupe aussi d’une fédération de pêche.

Éditions Rustica

Livre de 128 pages

Voir sur Amazon

Comment faire un étang pour pêcher ?

Pour créer un étang chez soi, il faut faire des démarches administratives pour obtenir une autorisation et une mise aux normes.

Avant de commencer les travaux pour la création d’un étang pour la pêche ou la baignade, il faut :

  • tout d’abord choisir le bon endroit du jardin : contrôler la nature du sol. Si le terrain est sableux ou calcaires, il sera perméable et il sera difficile d’empêcher qu’il se vide. S’il est argileux cela diminue sa valeur piscicole, car le fond et les berges sont collants, durs et glissants. Enfin, dans un terrain tourbeux, il faudra creuser davantage …
  • La situation du terrain : ni trop plat (trop de terrassement), ni trop accidenté et bien exposé au soleil (les vents dominants accumuleront les feuilles mortes dans un seul endroit) ;
  • puis réfléchir à l’alimentation en eau : un étang doit être alimenté par les eaux de pluie ou des sources d’eau pour compenser les fuites d’eau, mais il faut aussi penser aux crues et aux risques de débordements s’il y a un manque d’écoulement en aval. Les pertes d’eau par infiltration sont plus fortes au départ et diminuent ensuite. Pour les terrains calcaires ou sableux, il est nécessaire d’étanchéifier en imperméabilisant  le fond avec de l’argile ;
  • l’auteur nous explique l’intérêt de pouvoir varier l’alimentation en eau de votre bassin selon les saisons pour favoriser la pêche avec l’éclosion des alevins ;
  • les différents types d’étang : les anciennes carrières, ceux alimentés par la nappe, ceux de barrage et en dérivation.

Puis la construction d’un plan d’eau :

  • un relevé topographique : pour construire un étang artificiel, la pente doit être suffisante mais pas trop importante ;
  • creuser des zones de différentes profondeurs : l’aménager une ou deux fosses profondes (4 m) …
  • La prise d’eau : système de vannage, la grille ;
  • la digue selon la nature du sol : sa structure, la construction, la ferme, la surverse, etc.
  • Le système de vidange
  • L’aménagement des berges : diversifier l’aspect des abords de l’étang en créant des zones de refuge pour les poissons avec des herbiers, des enrochements, des roseaux, etc.

L’entretien et la gestion d’une mare naturelle :

pourquoi entretenir un plan d’eau ? Il faut améliorer les conditions de vie des poissons pour maintenir l’équilibre biologique de l’étang.

  • Tout d’abord l’entretien de la digue : repérage des fuites pour ceux qui se vident. Une fois la fuite repérée, colmatez par temps sec avec un peu d’argile : la bentonite. Possibilité de protéger la digue contre les rats avec un grillage métallique ;
  • puis les berges ;
  • l’entretien du fond : pourquoi curer un étang ? Les végétaux aquatiques morts et les feuilles se transforment en vase. La décomposition libère des produits toxiques, une vidange est donc nécessaire pour l’enlever. Si l’étang peut être vidangé, il faut faire une demande d’autorisation à l’administration. La vidange s’effectue au début de l’hiver dès octobre. Soit on peut enlever la vase ou soit la laisser à l’air. La mise à l’air au minimum pendant 3 mois va assainir les vases : elles vont se minéraliser, la décomposition est accélérée et libère des composés moins toxiques … Lors de la mise à sec les poissons sont transférés, les digues peuvent être réparées et les végétaux limités. Bernard Breton nous fournit des informations sur l’utilisation des produits qui améliorent la qualité des vases pour les étangs qui ne peuvent subir de vidange ;
  • le chaulage : la productivité d’un étang dépend de la minéralisation de l’eau. Le chaulage a de nombreux avantages : il permet de modifier un déficit en calcium, il élimine les parasites, etc.
  • La fumure ;
  • le contrôle des herbiers : il faut faucarder pour limiter le développement des végétaux. Il y a aussi la possibilité du recours aux animaux herbivores : les cyprinidés asiatiques, les cygnes, les canards, les poissons fouilleurs ;
  • la population piscicole : l’aménagement des frayères, repeupler un étang, les espèces envahissantes, la prévention des maladies ;
  • et si mon étang verdit ? Ces algues peuvent provoquer la nuit des chutes en oxygène. Il faut donc laver l’étang en augmentant l’arrivée d’eau.

Voir sur Amazon

L’écosystème de l’étang piscicole : l’eau, les plantes, les poissons

L’eau est importante dans le cycle biologique d’un étang :

  • la production d’oxygène. L’alimentation d’eau qui coule à l’air ou une petite cascade permettent d’accroître les teneurs en gaz dissous. L’activité des plantes produit de l’oxygène le jour et en consomme la nuit. Il y a donc un risque de sursaturation le jour et et déficit la nuit. Différents facteurs jouent un rôle dans la variation de la teneur en oxygène et donc la mortalité des poissons : la température de l’eau, la pression atmosphérique, la quantité de vase. Bernard Breton nous donne des informations sur la tolérance des différents poissons à la baisse de la teneur en oxygène ;
  • puis la composition de l’eau : le pH, les sels minéraux, les sédiments ;
  • la température et ses effets sur l’activité de la carpe, la truite, etc. Cela permet de mieux déterminer les moments les plus propices à la reproduction des poissons.

Les plantes des berges et leur utilité :

  • les végétaux fixent les nutriments minéraux et la lumière ;
  • ils servent d’aliments aux animaux  ;
  • de caches et de support de pontes ;
  • elles fixent les berges et protègent du vent.

L’auteur nous donne des renseignements sur plusieurs plantes aquatiques, sur les algues et sur les techniques pour les introduire.

Les animaux dans un plan d’eau :

  • les petits animaux : le zooplancton, les vers, les invertébrés, etc.
  • Ensuite les poissons : leur anatomie et leur mode de vie. Dans ce livre 19 poissons sont présentés : pour chacun, il y a une description du corps, la taille et le poids, son habitat, son alimentation, la reproduction, etc.
  • Les amphibiens et les reptiles ;
  • les oiseaux : canards, cygnes, hérons, etc.
  • Enfin les mammifères : la lutte contre les rongeurs …

Un calendrier des travaux, un lexique, un carnet d’adresses et un index.

Avis : de nombreux croquis et photos. Ce livre vous donnera tous les conseils pour créer un étang et pour maintenir son équilibre biologique. Vous aurez des renseignements indispensables sur les soins particuliers, les espèces à éviter, les arbres à planter …

Acheter sur Amazon

 

Mise en valeur des étangs

Bernard Bachasson est professeur à l’école d’agriculture de Poisy.

Éditions Aa Agriculture d’aujourd’hui Sciences Techniques Applications. Collection dirigée par P. Moati, ingénieur général du Génie rural des eaux et des forêts.

Livre de 166 pages

Voir le livre sur Amazon

Les principaux aspects de l’écologie d’un étang :

  • l’étang est un milieu confiné qui vit au rythme des saisons ;
  • la remise en question perpétuelle de l’équilibre d’un étang ;
  • la complexité et la durée du cycle de production du poisson dans un étang.

Faut-il faire quelque chose dans tous les étangs ?

Les tourbières acides, les tourbières basiques, les étangs de forêt, les mares, les gravières, les délaissés de rivière, les étangs-barrages, etc.

Dix stratégies pour augmenter la productivité piscicole :

  • installer les poissons dans le biotope le plus favorable : il n’y a pas de croissance si l’animal est mal nourri, dans un environnement pollué, pauvre en oxygène. L’auteur nous donne les exigences écologiques à respecter pour chaque espèce : la carpe, la tanche, le gardon, le rotengle, le brochet, la perche, le sandre, la truite arc-en-ciel, etc.
  • Rechercher les meilleures conditions de reproduction et de développement pour les juvéniles : il faut s’assurer que les seuils thermiques de l’eau sont atteints pour que la reproduction s’effectue et donne des produits viables. Il y a un calendrier sur la ponte et la température d’eau par espèce, des conseils sur les sites de ponte les plus favorables …
  • raisonner les empoissonnements ;
  • sélectionner soigneusement les géniteurs ;
  • pratiquer des amendements et des fertilisations : pour produire du poisson, il faut produire du zooplancton c’est-à-dire, en premier lieu, du phytoplancton. Le maintien de cette dynamique de production passe par un suivi de la qualité de l’eau. Le chaulage : le calcium joue un rôle important dans le fonctionnement d’un étang en assurant la neutralisation de l’acidité des matières organiques, la stabilisation du pH de l’eau … L’auteur donne des informations sur les dates, la chaux qu’il faut choisir, comment faire les mesures de pH. Bernard Bachasson aborde la fertilisation minérale, la fumure organique puis le suivi planctonique et les conséquences des apports de chaux et de fertilisants ;
  • contrôler le développement des plantes aquatiques : la mise en assec de l’étang, la lutte biologique, le désherbage chimique, le faucardage ;
  • introduire de nouvelles techniques d’élevage ;
  • mettre au point l’élevage de nouvelles espèces : sandre, silure, goujon, écrevisses, etc.
  • Appliquer une prévention stricte contre les maladies : milieu de vie, alimentation, mesures prophylactiques, traitements éventuels.

Problèmes posés par l’exploitation des étangs :

  • le matériel nécessaire ;
  • le déroulement des pêches ;
  • l’entretien pendant l’assec ;
  • l’entretien pendant la période en eau.

1 bibliographie, 1 glossaire et 1 index

Avis : livre complet, très technique et avec les aspects réglementaires et fiscaux, les aspects économiques et financiers.

Il n’ y a pas de photos, mais de nombreux croquis et tableaux.

Acheter le livre sur Amazon

 

Réaliser et entretenir un étang, un bassin

Peter Himmelhuber

Livre de 95 pages

Choisir l’emplacement d’un étang ou d’un bassin de jardin :

l’emplacement idéal d’un étang de jardin dépend du site, du climat, de la nature du sol.

Voir le livre sur Amazon

Un lieu ombragé n’abrite pas les mêmes espèces végétales et animales qu’un endroit ensoleillé. L’auteur conseille de choisir avec soin en endroit adapté, de préférence un lieu abrité des vents froids et mi-ombragé pour éviter le réchauffement de l’eau trop grand et une forte évaporation. Si votre plan d’eau est aménagé en plein soleil, il y a un risque de prolifération rapide des algues si la terre est riche. Et les poissons se développent difficilement une eau froide alors qu’une eau chaude favorise leur croissance …

Un étang améliore toujours le microclimat.

Matériels et matériaux :

  • calculer le volume et la profondeur du bassin, les travaux de terrassement du bassin à la rive ;
  • les inconvénients de la feuille en plastique ;
  • les bassins préfabriqués en plastique rigide, les bassins en béton, l’argile ou la terre glaise, le bois ;
  • la préparation du sol et la pose du revêtement ;
  • les pompes et les filtres ;
  • la qualité de l’eau ;
  • les plantes aquatiques, la faune aquatique ;
  • etc.

Conduite des travaux :

  • réaliser une pompe à énergie solaire ;
  • etc.

D’autres renseignements sur le livre dans cet article sur les bassins.

1 index en fin de livre.

Avis : ce petit livre fournit les connaissances techniques de base pour une bonne exécution des travaux. Il contient de précieux conseils pratiques et des astuces utiles. Ce livre est plus adapté pour construire un petit bassin qu’un étang.

Acheter le livre sur Amazon

 

Vidéo sur l’écologie d’un étang :

 

Ebook Construire une piscine naturelle Aménager un étang de baignade paysagé

 

Laisser un commentaire