Comment faire son compost maison facilement ?

Comment faire son compost maison facilement ?

Comment faire son compost ? Pourquoi le fabriquer soi-même ? Quoi mettre dedans ? Comment cela fonctionne ? Quand est-il mûr ? Faire son compost : la méthode du paresseux

D’autres livres :

Ebook d’un maraîcher bio : mon Potager au Naturel

 

Faire son compost : la méthode du paresseux

Patricia Beucher

Livre de 64 pages

Qu’est-ce que fabriquer du compost ?

Une définition simple : on fabrique du compost en ajoutant dans un coin les déchets de la maison. On peut y mettre les déchets ménagers ou les déchets verts du jardin.

Voir le livre sur Amazon

Le compostage imite la nature ; il se passe la même chose dans les sous-bois avec la décomposition des tapis de feuilles. C’est est un cycle permanent, une fermentation commence dans votre compost. Selon la saison, après 3 à 7 mois de décomposition, vous obtenez un compost nourricier, de la matière organique pour votre potager ou vos plantes d’ornement.

Pourquoi fabriquer son compost soi-même ?

  • Composter est un processus naturel. Il crée de l’humus : il rend le sol vivant et fertile. Il redonne des éléments nutritifs à la terre ;
  • c’est facile à faire et c’est gratuit : n’importe quel jardinier peut en faire. On peut en faire un sans composteur ! Mais il est possible d’en construire un avec du bois de palette ;
  • on fait des économies : il diminue les déchets, donc les taxes locales d’assainissement ;
  • un geste pour l’environnement ;
  • par ailleurs, l’auteur nous donne aussi des conseils pour acheter un bon compost.

Que mettre dans son bon compost ?

  • Tout d’abord les poubelles de la cuisine : toutes les pelures de fruits, épluchures de légumes, puis les cendres de cheminée (avec parcimonie) ;
  • quels sont les déchets de cuisine qui résistent au compostage ? Les coquilles de noix, de noisettes, les os.
  • Le sac plastique biodégradable ? Les cartons ?
  • Les litières des animaux domestiques ?
  • Enfin les déchets verts du jardin : la tonte d’herbe, les feuilles des arbres, les branchages broyés, etc. Patricia Beucher nous donne quelques informations pour une bonne gestion du gazon ; il est nécessaire de mélanger les tontes d’herbe fraiches au même volume sec.
  • Puis l’auteur recommande de faire attention aux racines de vivaces, aux plantes montées en graines envahissantes qui ont un risque de redémarrage. Si on ne fait pas chauffer le compost, elle nous donne la solution d’ immerger les vivaces durant 15 jours et d’arroser ensuite le compost avec le mélange.
  • Le compost attire-t’il les rats et mulots ? S’ils envahissent votre compost, c’est qu’il étaient déjà présents dans votre quartier.

Où mettre les déchets de cuisine et du jardin ?

Le coin adapté pour faire son propre compost :

  • sur place ;
  • puis la culture sur buttes : par temps humide au début de la saison, on accumule herbe, déchets de cuisine et on recouvre d’un carton. Puis on rajoute de l’herbe … Après quelques pluies, on peut planter des végétaux dans cette butte.
  • Pour les silos :  à l’ombre et près d’une allée. On a besoin d’aller vider tous les jours les déchets de cuisine !

Comment faire ? Comment cela fonctionne ?

Il faut veiller à alterner un mélange de matières sèches et humides. Les ingrédients secs apportent de l’aération et décompactent le compost. On trouve toujours dans le jardin des fleurs séchés dans les massifs ou du bois mort. Si le tas est trop sec, il suffit de l’arroser.

  • Tout d’abord la méthode du paresseux : pas de bac à compost, pas d’empilage des déchets durant plusieurs mois ! On met tout simplement le compostage sur place comme un paillage (comme dans la nature). Les avantages : cette méthode ne nécessite pas de dépense d’argent et pas d’investissement en temps, il n’y a pas de manipulation donc pas de fatigue. Enfin, cela maintient le sol vivant et il n’ y a pas de perte de jus. L’inconvénient, c’est l’esthétique : cela donne un aspect désordonné au jardin ;
  • puis le compost en tas sans silo :  il s’adapte selon la quantité de matière organique et peut être déplacé facilement ;
  • enfin le compostage avec un bac (plus facile avec deux silos). il y a un risque de débordement.

Une bâche sur le compost évite le lessivage par la pluie et la perte d’éléments nutritifs. Sur le dessus du tas, il est possible de faire un semis de courgette ou de fleurs comme couverture.

Quand le compost est-il mûr ?

  •  Il est possible de composter sans faire chauffer (comme en forêt).  Il s’effectue en 6 à 8 mois ;
  • l’autre solution est de faire chauffer le tas : le mélange est prêt en 3 à 6 mois. Pour cela, il est nécessaire de transférer le compost dans la case voisine à 1 mois d’intervalle deux fois. Cette méthode permet de supprimer les bactéries dangereuses lorsqu’on incorpore soit du fumier, soit les toilettes sèches.
  • Une autre solution pour faire un terreau maison : on remplit un sac plastique de feuilles mortes humides à l’automne. On le ferme et l’entrepose à l’ombre. Notre terreau sera prêt au printemps pour le rempotage des plantes.
  • Dans cet ouvrage, l’auteur nous donne des informations sur différentes étapes : l’évolution des bactéries, champignons, les collemboles, les protozoaires, les nématodes, les hannetons, l’eisénia, etc.

Construire son composteur :

Enfin l’auteur recommande de faire son propre composteur : cela permet de le fabriquer à la taille adaptée pour sa famille et à son jardin. Les silo en plastique sont fragiles, alors qu’un composteur confectionné avec des palettes est plus solide.

Avis : ce livre simple donne toutes les bases pour apprendre à faire son compost. Il y a plusieurs photos par page et un chapitre avec des conseils pour rattraper un compost mal parti.

Voir le livre sur Amazon

 

Ebook Créez votre jardin nourricier

 

La pratique du compost et des toilettes sèches

Eric Sabot

Livre de 88 pages

Ce livre présente une méthode particulière de compostage issue de travaux scientifiques récents, dont ceux de l’ingénieur agronome Jean Boucher

  • Tout d’abord, les bénéfices du compost, les bienfaits sur le sol : le recyclage et la valorisation des matières organiques afin de fertiliser le sol de manière efficace et durable.

Voir le livre sur Amazon

Une protection naturelle contre les maladies et les ravageurs.

  • Les différents artisans de l’humus : champignons, bactéries, les escargots, limaces, vers, collemboles, etc.

Les meilleures conditions pour réussir un compost :

  • les conditions optimales de l’humification : un milieu aéré, une humidité appropriée, une température suffisante (entre 20 et 40°), un terrain plutôt neutre, un mélange proportionné d’azote et de carbone (l’auteur nous fournit un tableau avec le rapport carbone/azote des différents matériaux à composter) ;
  • les matériaux à composter et comment réussir facilement le mélange ;
  • l’assainissement autonome ;
  • les toilettes sèches : complément d’informations sur le livre ;
  • le compost des toilettes sèches peut enrichir tout le jardin, mais il faut éviter le compost soit mal assaini et épandu peu de temps avant les récoltes ;
  • la paille activée, puissante stimulatrice du compostage : comment activer la paille comme dans une étable ?

Les techniques du compost :

  • aménager l’aire de compostage : un bon compostage se fait sur la terre nue. Une surface bétonnée ou une surface imperméable empêche la faune qui vit dans le sol de coloniser le tas ;
  • les étapes du compostage : l’aération de la base, amorcer l’humification, protéger le tas, le lombricompostage ;
  • le paillage ou compostage de surface ;
  • les problèmes : les mauvaises odeurs, le compost ne chauffe pas, les moucherons ;
  • utiliser le compost : comment l’épandre ? Quand est-il à maturité ? Les besoins des cultures selon la nature du sol, etc.

1 lexique et 1 bibliographie en fin de livre.

acheter le livre sur Amazon

Laisser un commentaire